Impérialisme(s) et nouvelle guerre froide

par Gilbert Achcar
Poutine avec Zhang Yuxia, chef adjoint du Conseil militaire central chinois. © Kremlin.ru, CC BY 4.0

Cet article de Gilbert Achcar, publié en septembre 2023, affirme que le monde se trouve actuellement dans une nouvelle guerre froide, caractérisée par une rivalité accrue entre les États-Unis, la Russie et la Chine. Gilbet Achcar fait remonter les origines de la nouvelle guerre froide à la fin de la Guerre froide en 1991, lorsque les États-Unis sont devenus la seule superpuissance. Les États-Unis ont utilisé leur nouvelle puissance pour étendre leur présence militaire dans le monde et intervenir militairement dans des pays tels que l’Irak et l’Afghanistan. Cette politique expansionniste a provoqué une réaction brutale de la part de la Russie et de la Chine, qui ont commencé à affirmer leurs propres intérêts avec plus de force.

 

La Guerre froide désigne généralement la période historique qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, lorsque le monde s'est retrouvé déchiré entre deux superpuissances impériales : les États-Unis d'Amérique (EU), qui dominaient un empire mondial essentiellement informel s'étendant bien au-delà du défunt Empire britannique et acquérant une envergure planétaire, et l'Union soviétique (URSS), qui contrôlait la majeure partie de la masse continentale eurasienne, de l'Europe centrale et de la mer Baltique jusqu'au Pacifique. La construction de cet équilibre entre ces deux superpuissances s'est achevé en 1949 : l'URSS a fait exploser sa première bombe nucléaire et les communistes chinois ont triomphé sur l'ensemble de la Chine continentale, tandis que les forces nationalistes de droite soutenues par les États-Unis se sont réfugiées à Taïwan. La même année, Washington fonde l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) en tant qu'alliance militaire de l'Amérique du Nord et de l'Europe occidentale contre l'URSS.

 

La guerre froide et son héritage

La guerre froide a opposé un bloc d'États impérialistes - selon la définition économique classique du terme « impérialisme », commune à des auteurs tels que le libéral J.A. Hobson et le marxiste V.I. Lénine : domination de territoires étrangers dans le but de garantir des marchés et des débouchés d'investissement au capital monopolistique (complexe militaro-industriel inclus) – à un bloc d'États staliniens, fondés sur des économies d'État et dirigés par des élites bureaucratiques soucieuses avant tout de préserver l'ordre totalitaire qui permet leurs privilèges de gouvernants. Le régime bureaucratique est conservateur par nature et craint toute déstabilisation qui pourrait conduire à son effondrement. Cette différence qualitative entre les deux blocs explique pourquoi le premier a été globalement beaucoup plus agressif et expansionniste, alors que le second a surtout agi de manière défensive.

L'expression « Guerre froide » a été créée pour décrire la volonté permanente de guerre des deux camps, qui se sont engagés dans une course aux armements extrêmement coûteuse tout en évitant la confrontation directe. À l'ère des armes nucléaires, une guerre entre les deux camps aurait conduit à une « destruction mutuelle assurée » (MAD, Mutual Assured Destruction). Certes, les deux camps se sont livrés plusieurs guerres indirectes dans le Sud (les plus importantes étant la Corée, le Viêt Nam et l'Afghanistan), mais aucune nouvelle guerre mondiale n'a eu lieu pendant la guerre froide. Celle-ci a pris fin avec la crise terminale du régime bureaucratique soviétique dans les années 1980, l'effondrement de la domination de Moscou sur ses « États satellites » d'Europe centrale et orientale à la fin des années 1980 et la dissolution de l'URSS elle-même en 1991.

L'impérialisme américain a été confronté à un choix entre la pacification des relations internationales sur la base de la Charte des Nations unies – promise de manière ambiguë par George Bush père sous l'étiquette du « nouvel ordre mondial », alors qu'il préparait la première grande guerre menée par Washington avec l'approbation de Moscou : la première guerre menée par les États-Unis contre l'Irak en 1991 – et la consolidation et l'expansion de sa sphère hégémonique fondée sur l'hostilité à l'égard de la Russie post-communiste et de la Chine « communiste ». Washington a choisi cette dernière option dans la pratique, en maintenant le niveau de dépenses militaires de la guerre froide, en décidant de conserver l'OTAN et de l'élargir à l'est à des États qui étaient auparavant sous l'emprise de Moscou, et en se livrant à des provocations contre la Chine sur la question de Taïwan.

 

La nouvelle guerre froide : une nouvelle phase de l'impérialisme ?

Elle a ainsi jeté les bases, dans les années 1990, d'une nouvelle guerre froide, finalement déclenchée par la guerre de l'OTAN au Kosovo en 1999, la première guerre de l'ère post-soviétique menée par les États-Unis en violation du droit international, c'est-à-dire en contournant le Conseil de sécurité de l'ONU. Cette orientation politique a été confirmée par l'occupation de l'Irak en 2003 et par d'autres vagues d'élargissement de l'OTAN aux États baltes, trois anciennes républiques de l'URSS. Les relations entre l'OTAN et la Russie ont atteint un niveau de tension élevé en 2008, après que l'OTAN, cédant à la pression de George W. Bush, a déclaré que la Géorgie et l'Ukraine rejoindraient l'alliance (bien que cet engagement soit resté indéfini).

Entre-temps, la Russie avait achevé sa mutation post-soviétique en un État capitaliste et impérialiste. L'effondrement social résultant des politiques néolibérales sauvages encouragées par les puissances occidentales dans les années 1990, combiné à la frustration nationale créée par le traitement persistant de la Russie par l'Occident comme un ennemi potentiel, a créé un terrain fertile pour la montée du régime autoritaire nationaliste de Vladimir Poutine. Le nouveau capitalisme russe très concentré, caractérisé par des frontières poreuses entre les intérêts publics et privés, a fourni la base d'un nouvel impérialisme russe reposant sur les énergies fossiles et les industries militaires. La Géorgie (2008) et l'Ukraine (2004) deviendront les premières cibles de cet impérialisme russe renaissant, avant son expansion ultérieure au Moyen-Orient et en Afrique.

Le régime de Poutine est devenu de plus en plus autoritaire et revanchard au fil des ans. Sa tentative ratée d'invasion de l'Ukraine en 2022 a accéléré son passage au néofascisme, tout en enlisant la Russie dans une guerre d'usure prolongée et meurtrière. La Chine, elle aussi, est devenue de plus en plus autoritaire au cours de la dernière décennie, sous la direction de Xi Jinping. Depuis les années 1990, elle a connu un développement économique et social spectaculaire qui l'a fait passer du statut d'État pauvre à celui de grande puissance économique, principal challenger de la suprématie économique des États-Unis. Le développement de la Chine s'est produit dans le cadre d'une combinaison des caractéristiques de l'État stalinien et du capitalisme, ce qui a donné naissance à un « capitalisme bureaucratique » particulier. Elle a naturellement eu tendance à s'allier à la Russie face à l'intimidation des États-Unis, bien qu'elle se soit tenue à l'écart des expéditions militaires à l'étranger jusqu'à présent - contrairement aux deux autres puissances du trio stratégique mondial.

La nouvelle guerre froide a atteint un dangereux sommet depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022. Les dépenses militaires mondiales ont atteint un nouveau sommet de 2,24 billions de dollars américains en 2022 et sont bien parties pour dépasser largement ce montant colossal en 2023. La guerre en Ukraine a été saisie comme une occasion en or par les complexes militaro-industriels des principaux pays impérialistes tels que la Grande-Bretagne pour faire pression en faveur d'augmentations massives des budgets de «défense», à un moment où les dépenses mondiales nécessaires pour lutter contre le changement climatique – la menace la plus importante à laquelle l'humanité est confrontée – restent inférieures de plusieurs milliers de milliards de dollars américains à ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs modestes et plutôt insuffisants fixés par les conférences internationales.

4 septembre 2023