logo-inprecor Revue publiée sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale
Pays Mots-clés Auteurs
 

Sommaire Inprecor numéro 711-712

image de une

Algérie

Mobilisation environnementale et répression

Entretien d’Antoine Larrache avec Jamel Bisset (2023-08-09)

L’Algérie est en proie à une répression féroce depuis l’immense mobilisation du Hirak, qui avait déstabilisé le pouvoir et permis le départ du président Bouteflika. Cette répression est une façon de maintenir le pays sous une chape de plomb alors que ses contradictions s’aiguisent, entre l’inflation qui aboutit à un appauvrissement de la population et la préparation de la présidentielle de 2024, dont le pouvoir espère tirer la légitimité qui lui fait défaut actuellement. Dans ce contexte difficile pour les luttes sociales, nous regardons avec attention la mobilisation écologiste qui existe à Béjaïa (Kabylie), face au projet de mine de plomb d’Oued Amizour. Une telle mobilisation montre comment il est possible de construire un rapport de forces face au pouvoir malgré la répression féroce qui s’abat sur les militants et militantes.

Quatrième Internationale

Camp de jeunes 2023 : importance de l’internationalisme

Jonathan Simmel (2023-08-09)

Du 22 au 28 juillet, la France a de nouveau accueilli le camp de jeunes de la Quatrième Internationale. Beaucoup de choses ont changé depuis le premier camp, il y a 40 ans, et les nouvelles générations soulèvent de nouvelles questions. Mais le but du camp est toujours le même : rassembler les jeunes camarades de toute l’Europe, vivre l’internationalisme et partager l’expérience et les analyses politiques de la lutte des classes.
Avoir une perspective internationale et adopter une attitude ouverte à l’égard des nouvelles générations militantes sont des tâches permanentes pour les marxistes. Mais seule une petite partie de notre activité crée réellement de tels espaces et les met au centre de notre militantisme. Ainsi, le camp reste une expérience unique.

Équateur

Violence, élections, triomphe du populisme et de la droite

Mario Unda et Maritza Idrobo (2023-08-09)

Le 20 août 2023, l’Équateur a vécu des élections inédites. D’une part, parce qu’elles étaient dues à la première mise en œuvre du mécanisme de « mort croisée » prévu par la Constitution de 2008 – qui raccourcit les mandats du président et des membres de l’Assemblée en même temps. D’autre part, parce qu’il s’agit de la campagne électorale la plus courte depuis le « retour » à la constitutionnalité en 1978-79 et que le candidat vainqueur gouvernera à peine un an et demi, soit le temps restant pour achever le mandat présidentiel de Lasso, ce qui a vraisemblablement conduit à l’absence de candidats directs des principales forces politiques, qui ont préféré se préserver pour 2025. Enfin, en raison du climat de violence dans lequel s’est déroulée la campagne et qui a pesé sur l’ensemble du processus électoral.

France

Une nouvelle étape dans la reconstitution du prolétariat

Antoine Larrache (2023-08-09)

Après le mouvement des Gilets jaunes en 2018, la lutte contre la réforme des retraites de 2019, la séquence électorale de 2022, le pays a connu un nouvel épisode de mobilisations exceptionnelles, qui marquent une nouvelle étape dans la structuration de la lutte des classes dans le pays. Dans le camp d’en face, les forces sont également en réorganisation, la bourgeoisie se radicalise, entre un pouvoir macroniste très autoritaire mais néanmoins instable et une extrême droite qui continue à monter.

Grèce

Une droite renforcée mais pas invincible

Andreas Sartzekis (2023-08-09)

En mai 2023, les élections législatives ont certes donné la victoire à Nouvelle Démocratie (ND), le vieux parti de la droite grecque fondé par Konstantinos Karamanlis et dirigé ces dernières années par Kyriakos Mitsotakis, fils du politicien réactionnaire dont l’action avait enclenché le coup d’État des colonels appuyés par la CIA (1967-1974). Comme le règlement valant pour ces élections ne permettait pas à ND de former seule un gouvernement stable (majorité à 151 député∙es), de nouvelles élections ont eu lieu en juin, donnant cette fois une « prime » de 50 député∙es au parti vainqueur. Elles ont confirmé qu’après 4 ans de gouvernement ultralibéral, Mitsotakis repartait pour 4 ans de casse des acquis et des droits, ce qu’il tente d’appliquer sans attendre, avec cet été un projet de loi interdisant les piquets de grève, menaces de prison à la clé.

Les nôtres

Hommage à Túlio Roberto, victime du coup d’État de Pinochet

Naná Whitaker (2023-08-09)

Il est difficile de se rendre compte aujourd’hui, 50 ans plus tard, de l’espoir qu’a représenté sur tout le continent sud-américain l’expérience de l’unité populaire chilienne. L’arrivée du gouvernement Allende en 1970 a ouvert une nouvelle page, un élan d’optimisme et de perspective de transformation sociale du continent, en particulier pour des militants et militantes brésiliens réfugiés au Chili pour fuir la dictature militaire brésilienne.

Niger

Le régime de la junte

Rahmane Idrissa (2023-08-09)

Portugal

Bloc de gauche, une référence politique

Entretien de Dick Nichols avec Jorge Costa (2023-08-09)

Le Bloc de gauche a perdu la moitié de son soutien électoral depuis 2017, à commencer, cette année-là, par la perte de ses deux représentants à l’assemblée régionale de l’île de Madère. Lors des élections législatives de 2019, il a conservé ses 19 sièges au parlement national mais avec un nombre de voix réduit, puis a perdu 65 % de ses voix lors de l’élection présidentielle de 2021 et les deux tiers de ses 12 conseillers locaux lors des élections locales du la même année, suivi de la perte de 14 de ses 19 sièges parlementaires lors des élections générales anticipées de janvier 2022. Dans quelle mesure cette crise était-elle due à des facteurs indépendants de sa volonté et dans quelle mesure aux propres lacunes du Bloc de gauche ?