logo-inprecor Revue publiée sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale
Europe Amériques Afrique Moyen-Orient Asie Planète Economie Femmes IVe
 

Introduction dossier

N° 517 mai 2006 *

PALESTINE-ISRAËL

Double impasse & voies de sortie

Cf. aussi : [Israël-Palestine]

Cinzia Nachira

Cinzia Nachira, rédactrice de la revue Guerre & Pace, est membre du Comité politique national du Parti de la Refondation Communiste (PRC) pour le courant Sinistra critica (Gauche critique), qui regroupe les militants de la IVe Internationale en Italie. Elle a pris en charge la direction de ce grand dossier.

Cinzia. Photothèque Rouge/JMB

Cinzia. Photothèque Rouge/JMB

Pourquoi un dossier consacré aux défis posés par le conflit israélo-palestinien, ? Et pourquoi maintenant ? La réponse à cette question découle en partie des urgences apparues en Palestine au cours des derniers mois. Pendant la préparation de ce dossier ce conflit a été au centre de l’actualité internationale à plusieurs reprises au point qu’il apparaisse aujourd’hui, plus que jamais, comme conditionnant la situation mondiale.

Après la victoire électorale du Hamas en Palestine, tant l’État d’Israël que les États-Unis et l’Union européenne tentent d’étouffer la population palestinienne en bloquant ses ressources et l’aide internationale. Il s’agit ni plus ni moins que de punir les Palestiniens s qui auraient « mal voté » et surtout pour avoir tenu, malgré l’occupation militaire (avec tout ce que cela implique comme oppression quotidienne), des élections démocratiques dont le résultat est légitime. De les punir parce qu’ils veulent respecter ce résultat en les menaçant en plus du gouffre de la guerre civile.

Refuser ce chantage c’est aujourd’hui la priorité !

Mais si l’on veut comprendre ce qui bouleverse la Palestine, il faut interpeller le passé et le présent, suivre les liens dialectiques entre les deux. C’est l’objectif de ce dossier.

Les contributions que nous proposons dans ce but sont l’oeuvre d’auteurs qui ne sont pas « en dehors » du conflit israélo-palestinien. Toutes et tous sont des actrices et des acteurs d’une tentative inédite de construction de « passerelles du vécu et du récit ». Les expériences présentées ici ne sont donc pas de simples « descriptions » de ce qui est ou de ce qui a été, et encore moins de ce qui pourrait arriver, dans l’abstrait.

Dans un monde que d’aucuns voudraient diviser entre « nous et l’Autre » en élevant des murs qu’ils soient visibles ou pas importe peu l’analyse des contradictions qui depuis des décennies tourmentent deux peuples le peuple palestinien et le peuple israélien nous permet de dépasser le simple alignement d’un côté ou de l’autre. Sans pour autant tomber dans le piège de la « neutralité ». Une telle condition n’existe pas dans ce conflit là. Il y a les occupants et les occupés, ceux qui répriment et ceux qui sont réprimés. En ce sens notre position est claire, sans équivoques et sans concessions du côté de ceux qui subissent l’occupation et la répression.

La reconnaissance des contradictions internes des deux sociétés impliquées se veut une contribution à un débat qui n’est pas tellement connu en dehors des terres de la Palestine. Depuis des années en effet, au-delà des mythes et falsifications qu’on veut nous imposer, des Palestiniens et des Israéliens se parlent. Et il le font autrement que par-dessus les tables de négociations, face à face et sous le regard d’un « médiateur ».

La connaissance et la valorisation de ces dialogues sont le fondement pour pouvoir continuer à espérer et à travailler ensemble et non seulement à leurs côtés avec les Palestiniens et avec ces Israéliens qui, en s’opposant à la guerre totale déclarée par leurs gouvernements aux Palestiniens, cherchent à construire une solution équitable, vraiment partagée, d’une manière différente.

Nous n’avons pas la prétention de passer pour des « inventeurs » de solutions « nouvelles », ni, comme cela se produit trop souvent, l’arrogance de prétendre au « mérite » les passerelles dont il a été question au cours de ces années ont été établies par des Palestiniens et des Israéliens. Souvent sans, voire malgré, les opinions extérieures.

Au cours des dernières décennies le monde a changé, malheureusement en pire, mais une chose reste immuable : la nécessité, toujours plus urgente pour les Palestiniens, que la société israélienne prenne conscience du piège mortel dans lequel ses gouvernements l’enferment. Cette nécessité nous concerne de près, car pour nous aussi il est vital que la société israélienne ne se referme pas sur elle-même.

Pour cette raison ce dossier présente des expériences très minoritaires voire individuelles qui témoignent de cette prise de conscience. Dans ce même sens vont aussi les contributions qui nous aident à comprendre qu’Israël n’est pas, ni n’a jamais été, un bloc monolithique, aligné sur les politique agressives de spoliation responsables de la situation actuelle.

En ce qui concerne le camp palestinien, notre réflexion, si elle est solidaire, n’est pas pour autant a-critique. La récente victoire électorale du Hamas est le fruit des contradictions de la société et du mouvement palestinien de libération nationale, qui nous interpellent et qu’il est nécessaire d’analyser.

Bien trop souvent les militants de la solidarité internationale se limitent à « donner des bons conseils » ou à choisir « la partie de la direction palestinienne qui leur convient le mieux ». Ou peut-être à satisfaire leurs propres désirs et à soulager leurs frustrations. Voulant inverser cette tendance, nous avons donné la parole aux Palestiniens qui en revenant sur leur histoire passée et récente, parfois de manière critique, nous offrent des moyens précieux pour comprendre.

Ce vertueux entrelacement nous impose non seulement une réflexion différente. Mettre en relation l’action et la réflexion, c’est aujourd’hui une nécessité et non un luxe ni une perte de temps.

Les tentatives de classer la lutte de libération palestinienne dans le cadre des guerres de religions, de la liquider en l’assimilant à « une étape de la guerre contre le terrorisme islamique international », sont en plein développement. S’opposer de manière efficace à cette logique perverse signifie en premier lieu contribuer à créer les conditions pour que se développent et croissent les mouvements de solidarité pleinement conscients de l’enjeu réel. Ce dossier voudrait en être une contribution.

Traduction : J.M. ( de l'italien)