logo-inprecor Revue publiée sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale
 

12 articles trouvés.

1 . INPRECOR

Sommaire

septembre-octobre 2018 n°655-656

n° 655/656 de septembre-octobre 2018 (52 pages ; 344 000 caractères ; prix : 7,50 €)

2 . NICARAGUA

Il faut réinventer la gauche, pour affronter de toute urgence des défis nouveaux dans un contexte nouveau

Juanónimo * septembre-octobre 2018 n°655-656

Préambules et introductions sont de trop. Peu importe qui je suis. Un parmi tous ceux qui ont le visage masqué. Je suis né au Nicaragua, au milieu de la guerre et de la révolution des années 1980. De ma mère, j’ai appris l’engagement avec le peuple et avec les valeurs du sandinisme. Et de mon père… il ne me reste qu’une photo : vêtu en milicien, il me portait dans ses bras, alors que j’étais un nouveau-né.

photo

3 . AMÉRIQUE LATINE

L’infamie nicaraguayenne du Forum de São Paulo

Ernesto Herrera* septembre-octobre 2018 n°655-656

Juillet 2018, La Havane. Sur le podium des chefs d’État : Miguel Díaz Canal, Raúl Castro, Nicolás Maduro, Evo Morales, Salvador Sánchez Cerén inaugurent les sessions du XXIVe Forum de São Paulo (FSP), le sommet annuel du progressisme latino-américain. Plus de 400 délégués, invités et observateurs de 53 pays remplissent le Palais des Conventions. Des représentant·e·s de partis et de fronts. De nombreux parlementaires, fonctionnaires, administrateurs, experts. Bénéficiaires d’une « culture de gouvernement ».

4 . ARGENTINE

Chronique d’une journée verte à Buenos Aires

Camila Baron et Gabriela Mitidieri * septembre-octobre 2018 n°655-656

Au terme d’un long débat à Buenos Aires, les sénateurs votent le 8 août contre la légalisation de l’avortement, à rebours des députés qui ont donné le feu vert. L’église catholique s’est fortement mobilisée contre le droit à l’avortement. Une femme ayant avorté peut être punie d’une peine de prison allant de un à quatre ans, et les personnes l’ayant aidée sont passibles d’une condamnation allant jusqu’à six ans d’incarcération.

photo

5 . ARGENTINE

Au bord du gouffre

Claudio Katz * septembre-octobre 2018 n°655-656

L’impuissance du gouvernement face à la corrida des taux de change accélère un dénouement dramatique de la crise. Le président Mauricio Macri a essayé de contenir la dévaluation du peso en annonçant une aide supplémentaire inexistante du FMI et a fini par pousser le prix du dollar au-dessus de 40 pesos (1). Puis il s’est retiré un week-end pour frénétiquement tenter de renouveler son cabinet et a échoué à mettre en œuvre des changements (2). Enfin, il est apparu à l’écran avec la nouvelle d’un ajustement de l’ajustement. Avec l’objectif draconien de « zéro déficit budgétaire », il a demandé aux créanciers un répit.

6 . ALTERNATIVES / ITALIE

RiMaflow, une lutte ouvrière exemplaire du 21e siècle

Nadia De Mond* septembre-octobre 2018 n°655-656

RiMaflow se trouve dans la ceinture industrielle en déclin autour de Milan, à Trezzano sul Naviglio. Maflow est devenue « RiMaflow » parce que ce sont les travailleurs et les travailleuses de l’ancienne usine métallurgique, Maflow (1), qui l’ont fait redémarrer après que son dernier propriétaire, Boryszew SA (2), a délocalisé son activité en 2012.

photo

7 . COLOMBIE

Le triomphe électoral de l’uribisme et les dilemmes de la paix néolibérale

Daniel Libreros * septembre-octobre 2018 n°655-656

photo

8 . AFRIQUE

Zone de libre-échange continentale africaine : quel panafricanisme ?

Jean Nanga* septembre-octobre 2018 n°655-656

Cinq ans après avoir célébré le demi-siècle d’existence de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA)/Union africaine (UA) – considéré dans la novlangue de l’UA comme « cinquante ans de succès » (1) – 44 des 55 États membres de l’UA ont signé à Kigali le 21 mars 2018 l’accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC), soit la création d’un « marché unique pour les marchandises et les services facilité par la circulation des personnes (…), un marché libéralisé pour les marchandises et services », selon le texte dudit accord.

9 . QUATRIÈME INTERNATIONALE

Internationalisme pratique : la solidarité en Allemagne avec la lutte de libération anticoloniale algérienne

Entretien de Manuel Kellner avec Hans Peiffer* septembre-octobre 2018 n°655-656

Dans les années 1950 et les premières années 1960, avec ses camarades de la section de la IVe Internationale en Allemagne, Hans Pfeiffer a mis au centre du travail internationaliste la solidarité avec la révolution algérienne.

photo

10 . SUÈDE

Deux revers d’importance

Kjell Östberg* septembre-octobre 2018 n°655-656

Le résultat des élections législatives suédoises du 9 septembre 2018 confirme une tendance européenne générale : un populisme de droite en hausse et une social-démocratie affaiblie.

photo

11 . ÉTAT ESPAGNOL ET ANDALOUSIE

« Nous devons continuer à reproduire un sens commun alternatif »

Interview de Teresa Rodríguez par Paco Aguaza* septembre-octobre 2018 n°655-656

Après sa réélection récente dans les primaires de Podemos Andalucía en tant que candidate à la présidence de la Junte d’Andalousie et juste avant les vacances d’été du Parlement régional, nous avons discuté avec Teresa Rodríguez du projet politique d’Adelante Andalucía (En avant l’Andalousie), du rôle des mouvements sociaux dans les processus de changement et des aspirations des citoyens. Elle venait de vivre quelques semaines d’une intense activité : présentation du projet Adelante Andalucía dans les différentes provinces, primaires au sein de Podemos Andalucía qui, malgré les débats avec la direction fédérale de son parti, l’ont confirmée en tant que leader de cette formation, et la clôture de la session du Parlement andalou.

photo

12 . ECONOMIE MONDIALE

Crise économique et désordres mondiaux

Michel Husson* septembre-octobre 2018 n°655-656

Dix ans après la faillite de Lehmann Brothers, les contributions se multiplient, autour de deux questions : comment cela est-il arrivé ? Est-ce que cela peut se reproduire ? Mais elles sont à peu près toutes centrées sur les dérives de la finance, passées ou à venir. Le point de vue adopté ici est un peu différent, puisqu’il cherche à identifier les racines économiques des désordres mondiaux. Son fil directeur est le suivant : l’épuisement du dynamisme du capitalisme et la crise ouverte il y a dix ans conduisent à une mondialisation de plus en plus chaotique, porteuse de nouvelles crises, économiques et sociales.