logo-inprecor Revue publiée sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale
 

11 articles trouvés pour (sujet principal Colombie)

1 . COLOMBIE

Après l’explosion sociale du 21 novembre 2019

Daniel Libreros Caicedo* janvier-février 2020 n°670-671

Le 21 novembre, la Colombie a connu une explosion sociale sans précédent dans l’histoire du pays depuis le milieu du siècle dernier.

photo

2 . COLOMBIE

Le triomphe électoral de l’uribisme et les dilemmes de la paix néolibérale

Daniel Libreros * septembre-octobre 2018 n°655-656

photo

3 . COLOMBIE

Les raisons du résultat négatif du référendum sur l’approbation des accords de paix entre le gouvernement et les FARC

Daniel Libreros* septembre-novembre 2016 n°631-632

Dimanche 2 octobre, le Non a été majoritaire lors du référendum sur l’approbation des accords de paix entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et les Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP) par 6 419 759 suffrages exprimés (50,23 %), contre 6 359 643 (49,76 %) au Oui. Seulement 12 779 042 électrices et électeurs sur 34 899 945 inscrits ont participé à ce vote, soit 37 %. 63 % se sont abstenus. Quelles sont les raisons de ce résultat négatif ?

photo

4 . COLOMBIE

Le département du Vichada offert au roi du soja ?

Camilo González Posso* septembre-novembre 2016 n°631-632

Gustavo Grobocopatel, dirigeant de la multinationale argentine Los Grobo, appelé « le roi du soja », s’est rendu à plusieurs reprises à La Havane et a rencontré aussi bien les élites colombiennes, le président Santos ainsi que la délégation des FARC.

photo

5 . COLOMBIE

Contexte et enjeux des négociations de paix

Sébastien Brulez* septembre-novembre 2016 n°631-632

Le lundi 26 septembre, le gouvernement colombien et la guérilla des FARC ont signé un accord de paix historique censé mettre fin à plus de 50 années de conflit. Cet accord devait être ratifié le 2 octobre par référendum mais il a été rejeté à une courte majorité. Nous retraçons ci-dessous, dans les grandes lignes, les différentes étapes du conflit armé qui déchire le pays (1) depuis la seconde moitié du XXe siècle.

photo

6 . CAPITALISME ET SANTÉ

Des moustiques et des hommes. L’histoire sociale d’un virus nommé Zika

Jean Batou* mars-avril 2016 n°625-626

photo

7 . COLOMBIE

La parole aux FARC

juillet-août 2013 n°595-596

Interview de Pablo Catatumbo par María Jimena Duzán *

photo

8 . COLOMBIE

Politique de paix et réinvention de la politique Histoire, terre et construction du « bien commun »

Daniel Libreros et Jorge Gantiva Silva * juillet-août 2013 n°595-596

9 . COLOMBIE

« Nous pouvons nous permettre le prix de la paix »

Interview de Juan Mario Laserna par María Isabel Rueda * juillet-août 2013 n°595-596

Juan Mario Laserna était un homme de confiance de Juan Manuel Santos (1) et des élites dominantes dans le domaine économique. Il raconte dans cette interview que c’est lui qui a amené le président de la Bourse de New York à Caguán (2). Il a fait partie de la délégation parlementaire colombienne qui s’est rendue à La Havane pour discuter de l’ordre du jour des négociations entre le gouvernement et la guérilla, déclarant qu’il s’était consacré exclusivement aux questions de réinsertion économique. Comme il l’avait déjà fait en 1999, il a proposé un considérable endettement budgétaire garanti par les agences internationales (dans ce cas par Goldman Sachs) ainsi que l’intégration dans le marché des 4 millions d’hectares contrôlées par les FARC au cours des dernières décennies. Il confirme que la réinsertion économique des FARC par le gouvernement Santos a le soutien du capital financier international, ce qui est décisif quelle que soit l’évolution future des négociations du « processus de la paix ». (Daniel Libreros, Bogota)

10 . COMITÉ INTERNATIONAL DE LA IVE INTERNATIONALE

Contre l’intervention militaire du gouvernement colombien en Équateur et pour la solidarité avec les peuples équatorien et colombien

mars-avril 2008 n°536-537

photo

11 . COLOMBIE

Guerre fratricide entre guérilleros

Roberto Alvarez avril-mai 2007 n°526-527

Roberto Alvarez est le pseudonyme d'un militant de Colombie qui se reconnaît dans la IVe Internationale.