logo-inprecor

Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale

 

N° 670-671 janvier-février 2020

ÉTATS-UNIS

Quand Bernie Sanders et son mouvement de masse deviennent « le pire cauchemar » de ceux qui gouvernent le monde

Cf. aussi : [Etats-Unis]

Yorgos Mitralias *

Alors que les plus sceptiques commencent à prendre conscience que Bernie Sanders est un candidat sérieux à la présidence des États-Unis, il est plus que temps de se pencher sur ce qui fait que le contenu de sa candidature est inédit, historique et révolutionnaire, au sens propre du terme.

© AFGE

© AFGE

Qu'est-ce qui fait que les adversaires de tous bords à Sanders, de Trump à l’establishment démocrate en passant par les grands capitalistes qui gouvernent le monde, aient si peur de ce Bernie qui monte en flèche et font tout leur possible pour le neutraliser ?

Synthèse

Que se pass-t-il Etats-Unis en 2020 ?

  • Jeff Bezos (Amazon) dispose d’une fortune de 166 milliards de dollars, loin devant Bill Gates (110 milliards)
  • Le programme de Bernie Sanders : Santé pour tous, éducation pour tous, logements pour tous, travail pour tous, Green New Deal, annulation des dettes étudiantes. Pour le financer : taxation des très riches (au-delà de 32 millions de dollars) pour récolter 4,35 milliards de dollars. Le 9 avril, Bernie Sanders renonce à participer à la présidentielle.
  • Face à la pandémie du Covid-19, la réaction du gouvernement est un fiasco. 28 millions de personnes n'ont aucune assurance santé. Beaucoup renoncent à se soigner. Le coronavirus tue quatre fois plus les Noirs que les Blancs. Des millions d'entreprises sont affaiblies par la pandémie Covid-19 mais les géants de la technologie (GAFA) échappent à la crise. Le soutien du congrès à l’économie est massif (2.700 milliards de dollars). Une assurance chômage fédérale exceptionnelle de 2.400 dollars par mois (deux fois le salaire fédéral minimum) est octroyée jusqu’en juillet. Les contribuables reçoivent un chèque fédéral de 1.200 dollars.
  • En avril, le taux de chômage est au plus haut : 14,7 %
  • Début juin, l’assassinat par la police de Minneapolis de George Floyd déclenche une révolte antiraciste qui dure deux semaines dans tout le pays.
  • En juin, le taux de chômage retombe à 11 %.
  • L’affrontement diplomatique et économique avec la Chine ne cesse de s’étendre.
  • En novembre, élection présidentielle.
  • La réponse n’est pas trop difficile : ils ont surtout peur non pas du programme de Bernie Sanders mais de l’énorme mouvement populaire qu'il a lancé en novembre 2018 et qui est toujours en train de se construire ! Un mouvement populaire qui n’a pas de précédent dans l’histoire des États-Unis ni par ses dimensions ni par sa radicalité et la détermination de ses jeunes militants et militantes d’en découdre avec ce système et ses représentants politiques ! Comme l’a dit récemment si bien Noam Chomsky : « Encore plus menaçant que les propositions de Sanders de mener à bien des politiques du genre New Deal, je crois que c’est qu’il inspire un mouvement populaire engagé résolument dans l’action politique et l’activisme direct afin de changer l’ordre social – un mouvement du peuple, surtout des jeunes, qui n’ont pas encore intériorisé les normes de la démocratie libérale : que les gens sont des “étrangers ignorants et importuns” qui doivent être des “spectateurs, pas des participants agissants”, autorisés à pousser un levier tous les quatre ans mais à retourner juste après devant leur écran de télévision et leurs jeux vidéo tandis que les “gens responsables” s’occupent des choses sérieuses ». (1)

    Et force est de constater que la raison profonde de la peur ou même de la terreur qu’inspirent à ceux d’en haut ces millions de jeunes activistes, c’est qu’ils et elles transforment en force bien matérielle les idées dites « dangereuses », et ce faisant, imposent un nouveau rapport de forces au niveau tant social que politique ! Ce qui a plusieurs conséquences dont celle d’assurer la continuité du mouvement populaire de masse et de rendre moins efficaces sinon inopérantes les politiques de répression ainsi que la propagande du pouvoir. Pourquoi ? Mais, parce qu’il suffit d’une balle pour éliminer une personne – comme par exemple Bernie Sanders – quand elle devient trop dangereuse, mais il faut bien plus pour battre et éliminer un mouvement populaire radical et de masse qui veut « changer la vie et le monde ».

    Évidemment, loin de nous l’idée de sous-estimer l’importance (capitale) du programme de Bernie Sanders, car c’est ce programme – ainsi que son exemple personnel – qui ont inspiré et mobilisé ces millions de jeunes et de moins jeunes. En effet, les propositions, les positionnements et les revendications qui sont contenus dans ce programme couvrent tous les domaines de l’activité humaine, proposent des réponses et des solutions aux graves problèmes existentiels qu’affronte tant la société nord-américaine que l’humanité, tout en faisant le pont entre la satisfaction des besoins immédiats de la grande majorité de la population et la vision d’un monde radicalement différent.

    Alors, s’agit-il d’un programme « révolutionnaire » ou d’un ensemble de revendications et des mesures « bourgeoises » qui feraient de Bernie Sanders un politicien pratiquement « comme les autres » ? À première vue, aucune des mesures et politiques phares du programme de Bernie Sanders, comme par exemple « assurance santé pour tous », « enseignement gratuit pour tous » ou même abolition des prisons privées et annulation totale de la dette étudiante, ne peut être qualifiée de « révolutionnaire ». D’ailleurs, plusieurs d’entre elles sont – à juste titre – présentées par Bernie lui-même comme inspirées du précédent historique du New Deal rooseveltien dont il se revendique ouvertement. Mais qu’est-ce qu’il y avait de « révolutionnaire » au mot d’ordre « Pain, Paix et Terre » des Bolcheviks qui a enflammé la population russe et permis qu’elle soit suffisamment motivée pour faire une révolution comme celle d’Octobre 1917 ? En somme, ce qui fait qu’une revendication devient révolutionnaire ce n’est pas tant ses qualités intrinsèques mais plutôt la dynamique sociale et politique qu’elle libère et développe dans un contexte et un moment historique donnés. Et force est de constater que le programme de revendications transitoires de Bernie Sanders est actuellement en train de développer une telle dynamique subversive… (2)

    La preuve ? Mais elle est offerte par les réactions des uns et des autres. C’est-à-dire de ceux d’en bas et de ceux d’en haut qui l’interprètent, chaque camp à sa façon et selon ses intérêts, comme une claire incitation à la révolte contre le système et ses principales forces économiques et politiques. Pour ceux d’en bas (salarié·es, minorités, femmes, indigènes, migrant·es et victimes de toute oppression), ce programme est déjà devenu une source d’inspiration, une arme de combat et aussi un drapeau qu’on brandit haut et fort. Et en tant que tel il a déjà fait ses preuves avec un succès sans précédent. Mais, pour les autres, c’est-à-dire ceux d’en haut (Trump, l’establishment Démocrate, les grands médias et surtout les grands intérêts capitalistes) c’est tout simplement la pire des menaces existentielles ou plutôt « le pire cauchemar » comme aime le répéter publiquement Bernie lui-même.

    Alors, il arrive ce qui devait arriver : ceux d’en haut déclarent une guerre sans merci à Bernie et au mouvement populaire qui le soutient. C’est logique et ça ne pouvait pas être autrement du moment que Bernie et ses ami·es, les jeunes députées et sénatrices Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar, Rashida Tlaib et Pramila Jayapal en tête, osent attaquer nommément et publiquement les ennemis (capitalistes) dont ils promettent la fin prochaine. Et cette guerre est – déjà – impitoyable : tous les coups sont permis jour après jour (3), jusqu’à ce que Bernie soit définitivement « neutralisé » et son mouvement battu en brèche. Tous les coups, même les plus extrêmes et les plus répugnants et barbares car l’enjeu de cet affrontement de classe à mort est d’une taille plus qu’énorme et de dimensions historiques…

    * Yorgos Mitralias, journaliste, est l’un des fondateurs et animateurs du Comité grec contre la dette, membre du réseau international CADTM. Il anime le site Europeans For Bernie’s Mass Movement.

    Notes

    1. Interview à C.J. Polychroniou (https://truthout.org/articles/noam-chomsky-sanders-threatens-the-establishment-by-inspiring-popular-movements/). Cette interview de Noam Chomsky ainsi que des milliers de textes, vidéos et images de première main venant des États-Unis et concernant tout ce qui se passe au sommet mais surtout à la base de la société nord-américaine, sont postés heure après heure sur le Facebook Europeans for Bernie’s Mass Movement que nous avons lancé il y a 3 ans et demi et que nous conseillons vivement aux lecteurs de gauche : https://www.facebook.com/EuropeansForBerniesMassMovement/

    2. Il est pour le moins regrettable que les gauches européennes n’arrivent pas à comprendre que ce qui se passe aux États-Unis depuis quatre ans est d’une importance historique pour la gauche et le mouvement ouvrier du monde entier, et donc pour elles-mêmes aussi. Pourtant, elles auraient tout à gagner en tissant des liens et en développant des mouvements de solidarité active avec le mouvement radical de masse nord-américain, maintenant qu’il est à l’épicentre d’un affrontement de classe gigantesque et à l’issue tout à fait incertaine. Et tout ça indépendamment de leur devoir internationaliste tant négligé par les temps qui courent…

    3. Une des dernières manifestations de cette guerre quotidienne contre Bernie a été la publication des résultats de la primaire emblématique de l’Iowa avec un retard de plus de 72 heures ! Ce qui a permis au jeune poulain de l’establishment et du grand capital Pete Buttigieg de se poser en triomphateur et à Joe Biden d’éviter de payer le prix de son résultat humiliant tandis que Bernie a été empêché de tirer avantage de sa victoire, ayant remporté très nettement le vote populaire. Le fait que la société Shadow responsable de ce scandale ait travaillé en 2016 pour le compte de Hillary Clinton, et qu’elle soit actuellement employée et payée par les campagnes de J. Biden et de P. Buttigieg est évidemment une pure coïncidence.