Inprecor
Informations et analyses publiées sous la responsabilité du Bureau exécutif de la IVe Internationale.

 

Nicaragua

●. NICARAGUA

Sandinisme ou « daniélisme » ?

Hans-Peter Renk* janvier-février 2017 n°635-636

Les récentes élections de novembre 2016 – remportées par le ticket présidentiel du Front sandiniste de libération nationale (FSLN), Daniel Ortega Saavedra et Rosario Murillo (vice-présidente) – rouvrent le débat sur l’évolution de ce parti, notamment au sein des forces qui appuyèrent dans les années 1980 la révolution sandiniste au Nicaragua.

photo

●. NICARAGUA

Sandinisme ou « daniélisme » ?

Hans-Peter Renk* janvier-février 2017 n°635-636

Les récentes élections de novembre 2016 – remportées par le ticket présidentiel du Front sandiniste de libération nationale (FSLN), Daniel Ortega Saavedra et Rosario Murillo (vice-présidente) – rouvrent le débat sur l’évolution de ce parti, notamment au sein des forces qui appuyèrent dans les années 1980 la révolution sandiniste au Nicaragua.

photo

●. NICARAGUA

Un regard féministe sur le Nicaragua « chrétien, socialiste et solidaire »

Entretien de Valentina Valle avec María Teresa Blandón* janvier-février 2017 n°635-636

Originaire d’une zone rurale dans le nord du Nicaragua, ex-guérillera dans la révolution sandiniste, María Teresa Blandón est aujourd’hui l’une des voix les plus critiques du féminisme nicaraguayen.

photo

Mexique

●. MEXIQUE

Les attaques de Trump s’ajoutent à la crise sociale et politique

Fabrice Thomas * janvier-février 2017 n°635-636

C’est le gouvernement ultralibéral du président Enrique Peña Nieto qui a déclenché le « tremblement de terre » de janvier 2017. En signant un décret d’augmentation de 20 % des tarifs de l’essence, du gaz et de l’électricité à compter du 1er janvier (le « gazolinazo »), il a en effet provoqué un immense mouvement spontané de protestation et de résistances dans tout le pays.

●. MEXIQUE

Que tremble la terre dans ses centres

CNI et EZLN* novembre-décembre 2016 n°633-634

Déclaration du Congrès national indigène et de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN)

●. MEXIQUE

À propos de l’initiative du CNI et de l’EZLN pour les élections de 2018

Carlos Ferra * novembre-décembre 2016 n°633-634

●. MEXIQUE

Le chemin pour une campagne pour organiser et lutter

PRT* novembre-décembre 2016 n°633-634

●. MEXIQUE

Des candidats du peuple pour sauver le pays

Martín Esparza Flores* novembre-décembre 2016 n°633-634

Etats-Unis

●. ÉTATS-UNIS

L'ascension du trumpisme qui voudrait devenir un bonapartisme

Barry Sheppard * janvier-février 2017 n°635-636

photo

●. ÉTATS-UNIS

Nous luttons pour le socialisme contre la barbarie

Socialistes démocratiques d’Amérique (DSA)* novembre-décembre 2016 n°633-634

Un président ouvertement raciste, misogyne et anti-immigrants a été élu. Les États-Unis vont avoir à faire au plus dangereux gouvernement de l’histoire récente. Le moyen le plus sûr pour résister et vaincre le trumpisme est de construire un mouvement démocratique socialiste fort et organisé, un mouvement qui doit devenir aussi divers que la classe ouvrière elle-même.

photo

Cuba

●. CUBA

Construire le socialisme, comment ?

Samuel Farber* novembre-décembre 2016 n°633-634

Face à la pression croissante pour la libéralisation économique, que faudrait-il faire pour transformer le pays en une démocratie socialiste ?

photo

●. CUBA - FIDEL CASTRO (1926-2016)

Une page se tourne

François Sabado * novembre-décembre 2016 n°633-634

photo

●. CASTRO ET LA DETTE

Fidel Castro : La dette ne doit pas être payée

Éric Toussaint* novembre 2016 n°dernieres

En 1985, Fidel Castro a lancé une campagne internationale pour la constitution d’un front des pays endettés confrontés à des dettes insoutenables.

●. CUBA

Fidel Castro, le plus grand homme d’État du demi-siècle passé

Guillermo Almeyra * novembre-décembre 2016 n°633-634

photo

Colombie

●. COLOMBIE

Contexte et enjeux des négociations de paix

Sébastien Brulez* septembre-novembre 2016 n°631-632

Le lundi 26 septembre, le gouvernement colombien et la guérilla des FARC ont signé un accord de paix historique censé mettre fin à plus de 50 années de conflit. Cet accord devait être ratifié le 2 octobre par référendum mais il a été rejeté à une courte majorité. Nous retraçons ci-dessous, dans les grandes lignes, les différentes étapes du conflit armé qui déchire le pays (1) depuis la seconde moitié du XXe siècle.

photo

●. COLOMBIE

Les raisons du résultat négatif du référendum sur l’approbation des accords de paix entre le gouvernement et les FARC

Daniel Libreros* septembre-novembre 2016 n°631-632

Dimanche 2 octobre, le Non a été majoritaire lors du référendum sur l’approbation des accords de paix entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et les Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP) par 6 419 759 suffrages exprimés (50,23 %), contre 6 359 643 (49,76 %) au Oui. Seulement 12 779 042 électrices et électeurs sur 34 899 945 inscrits ont participé à ce vote, soit 37 %. 63 % se sont abstenus. Quelles sont les raisons de ce résultat négatif ?

photo

●. COLOMBIE

Le peuple en marche tisse une paix digne

Déclaration de la Marche de la Paix* septembre-novembre 2016 n°631-632

●. COLOMBIE

Le département du Vichada offert au roi du soja ?

Camilo González Posso* septembre-novembre 2016 n°631-632

Gustavo Grobocopatel, dirigeant de la multinationale argentine Los Grobo, appelé « le roi du soja », s’est rendu à plusieurs reprises à La Havane et a rencontré aussi bien les élites colombiennes, le président Santos ainsi que la délégation des FARC.

photo
Qui sommes-nous ? |  Contact | Abonnement | Design et codage © Orta